Bill Ochs, responsable du JWST nous parle!

Pendant que les ingénieurs et opticiens s’évertuent, nanomètres après nanomètres, à aligner les segments du miroir primaire, et le miroir secondaire (voir les actualités précédentes), William Ochs (responsable principal de toutes les opérations du JWST) a envoyé un courriel à tous les artisans de cette extraordinaire aventure technique. Une note sympathique, avec un peu de musique, qui méritait de paraître sur notre site. Pour nous relaxer avant que ne soit obtenu l’alignement parfait, et que le JWST arrive au point L2 de Lagrange à une vitesse qui lui permettra de ne pas manquer sa cible :  imaginez lancer une balle pour qu’elle roule vers le haut d’une pente de montagne – sans suivre la balle et lui donner plus de poussée le long du chemin, elle va ralentir de plus en plus jusqu’à ce qu’elle commence à rouler vers le bas. Ici, l’astuce était de lancer la balle vers un endroit plat spécial (L2) à un point de la pente (pensez-y un peu comme un col de montagne), avec juste assez de force pour que sa vitesse sera presque 0 quand il atteindra le col de montagne, donc il n’ira pas plus loin que cela, et ne reculera pas en descente, ou ne roulera pas de l’autre côté.

Mais laissons la parole à Bill Ochs:

« Depuis la dernière note de félicitations que je vous ai envoyé à tous le lendemain du lancement, nous avons vécu un parcours incroyable. Je suis tellement fier de notre équipe. Les déploiements n’auraient pas pu être plus parfaits. Pendant la conférence de presse après le dernier déploiement de l’observatoire, plus d’une personne a fait des commentaires comme si c’était si simple. Avons-nous surestimé la complexité et la difficulté des déploiements? Nous savons tous à quel point tout le monde a travaillé fort et combien de personnes ont dû faire preuve de diligence et de sacrifice. Le fait que cela ait l’air simple est un hommage à tous ceux qui, au fil des ans, ont travaillé dans le cadre de déploiements »

Bill Ochs compte plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie aérospatiale. Il a travaillé à la fois dans le secteur privé et pour la NASA et est actuellement le responsable du JWST. Il a commencé sa carrière en 1979 à la « Bendix Guidance Systems Division à Teterboro , N.J. » comme ingénieur électronique développant le logiciel de vol pour le télescope spatial Hubble. En 1983, il a été transféré au Goddard Space Flight Center en tant qu’ingénieur système pour les opérations HST. En décembre 2010, il a été nommé gestionnaire de projet du JWST.
Bill Ochs a reçu la Médaille pour réalisations exceptionnelles de la NASA, le « Space Flight Awareness Honoree Award », et parmi les divers prix octroyés par la NASA, le Prix d’honneur de la NASA 2010 et, plus récemment, le Prix Robert H. Goddard 2011 pour leadership exceptionnel.

« Nous en sommes maintenant aux miroirs mobiles. Nous avons encore un peu de chemin à faire (avec les gens de l’optique « un peu » est un terme relatif ) avant que les segments de miroir soient parfaitement alignés, mais tout le matériel associé à l’optique (y compris les 132 actionneurs) fonctionne très bien. Le temps de mettre les instruments en service, on aura un sacré télescope. Enfin, notre équipe d’exploitation et notre système au sol ont fait un travail fantastique pour exécuter le calendrier de mise en service et toutes ces répétitions ont porté leurs fruits

« Comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis un grand fan de Jimmy Buffett (c’est un euphémisme – je suis une tête de perroquet). En me promenant aujourd’hui, la chanson « Book on the shelf » m’est venue dans la tête et ce couplet (en particulier la troisième ligne et j’ai changé la cinquième ligne): »

Et je sais que ces histoires ont été racontées bien avant moi
Jetez un mot dans une bouteille en espérant que cela vous aidera
J’ai tellement de chance d’avoir une équipe d’étoiles
Certains stoïques, certains fous, certains passent à travers
Je sais que je suis privilégié de travailler avec les meilleurs et
J’ai fini d’expliquer ou de passer un test
Alors verse-m’en un autre, c’est bon pour ma santé
Je ne suis pas prêt à mettre le livre sur l’étagère