Enfin à Kourou!

C’est maintenant officiel ! Le JWST est arrivé en Guyane…

Lorsque qu’il sera propulsé dans l’espace, le télescope spatial James Webb (le JWST) subira l’un des processus de déploiement les plus aventureux qu’un vaisseau spatial ait jamais connus. Mais avant même d’arriver au sommet de sa course vers l’espace, cet observatoire a dû effectuer un dernier voyage sur Terre : un voyage d’environ 9 300 kilomètres en mer.

 

Il est arrivé sans problème en Guyane française mardi 12 octobre 2021, après un voyage de 16 jours en mer. Après avoir terminé les essais en août au Space Park de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie, l’équipe du JWST a passé plus d’un mois à plier, à ranger et à préparer l’observatoire et son bouclier thermique pour son expédition en Amérique du Sud, plus précisément en Guyane Française, sur le site du CNES géré conjointement avec le groupe Ariane Espace. 

Le JWST a été expédié dans un conteneur construit sur mesure et contrôlé sur le plan environnemental.

 

Peu de missions en sciences spatiales ont été aussi attendues que le JWST. C’est le futur grand observatoire des sciences de l’espace après Hubble, Chandra, Herschel et Spitzer.

Conçu au moment même où s’envolait le Télescope Spatial Hubble il devrait résoudre des questions sans réponse sur l’Univers et de voir plus loin dans nos origines : de la formation des étoiles et des planètes à la naissance des premières galaxies…

Arrivée du JWST (CU1) au Port de Pariacabo, le 12/10/2021.

Bien que le télescope ne pèse que six tonnes, il mesure plus de 10,5 m de haut et près de 4,5 m de large lorsqu’il est replié. Il a été expédié en position pliée dans un conteneur de 33,5 m de long pour une hauteur de 4,6 m, et qui, avec un équipement auxiliaire, pèse plus de 76 tonnes. C’est une mission si exceptionnelle qu’un véhicule articulé lourd a été amené à bord du transporteur RoRo MN Colibri (voir la page dédiée à ce transporteur ici) pour le transporter soigneusement vers le port spatial. Un navire roulier RoRo, acronyme de « Roll-On, Roll-off » en langue anglaise, est un navire doté d’une rampe d’accès mobile permettant un chargement/déchargement de la marchandise par tractage entre le bord et le quai. Ces navires sont rapides et offrent des temps de chargement / déchargement réduit. Les camions avec remorques, semi-remorques, conteneurs, chargements exceptionnels sont donc facilement débarqués.

Il faut bien admettre qu’étant une machine unique en son genre, le JWST avait besoin d’une « valise » colossale spécialement conçue, connue sous le nom de STTARS, abréviation de Space Telescope Transporter for Air, Road and Sea. STTARS. Elle mesure 5,5 mètres de hauteur, pour 4,6 mètres de largeur et 33,5 mètres de longueur, soit environ deux fois la longueur d’une semi-remorque. 

L’arrivée du JWST à Kourou a été l’aboutissement d’années de préparation : Il n’y a que des milliers de choses différentes qui se passent dans les coulisses : obtenir des permis, éviter les obstacles, choisir d’autres itinéraires… toutes sortes de nuances. Je suis très fier de notre équipe. Nous y travaillons depuis longtemps.
Charlie Diaz
directeur des opérations du site de lancement du JWST au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland

Ce conteneur personnalisé a été équipé pour toutes les conditions extrêmes ou inattendues que le JWST aurait pu rencontrer pendant le voyage. Lors de la conception, de la construction et de la mise à l’essai de STTARS, les ingénieurs ont soigneusement testé la meilleure façon de protéger le conteneur des fortes précipitations et d’autres facteurs environnementaux. Planifier un voyage est un travail difficile. Avec le JWST, s’ajoute à cela la logistique de transport à travers deux océans d’un télescope spatial dont les dimensions dépassent de très loin celles auxquelles le domaine spatial était préparé.

 

Tard dans la soirée du vendredi 24 septembre, l’observatoire a voyagé avec une escorte de police 45 kilomètres à travers les rues de Los Angeles, de l’installation de Northrop Grumman à Redondo Beach à Naval Weapons Station Seal Beach. Là, il a été chargé sur le MN Colibri, un cargo battant pavillon français qui a précédemment transporté des satellites et du matériel de vol spatial à Kourou. Le MN Colibri a quitté Seal Beach le dimanche 26 septembre et est entré dans le canal de Panama le mardi 5 octobre en direction de Kourou.

Pourquoi le JWST a t’il voyagé par mer et non par avion?

Ce choix n’est pas justifié par la masse du JWST (6,2 tonnes) qui n’est pas trop lourde pour un avion. La raison tient plutôt à la configuration du terrain autour du Centre spatial guyanais. Si on voulait poser le JWST en avion, il aurait fallu le faire atterrir à l’aéroport international de Cayenne-Félix-Éboué, soit à une distance de 96 kilomètres du centre spatial. Or si le JWST devait être transporté par la route, certains ponts sur ce trajet ne pouvaient pas supporter ni le poids du télescope ni l’envergure du STTARS.

Ainsi, le JWST a été expédié de la Californie le 26 septembre et a finalement traversé le canal de Panama pour atteindre le port de Pariacabo, situé sur la rivière Kourou, en Guyane française, sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud, le 12 octobre. L’observatoire a été immédiatement conduit à son site de lancement, Spaceport de l’Europe à Kourou, et les préparatifs ont déjà commencé pour le lancement prévu le 18 décembre prochain.

Pour voir le périple du JWST (site en langue Anglaise) cliquez ici

Au centre spatial Européen de Kourou

Zone de lancement

  • Zone de lancement d’Ariane 5 (plus tard Ariane 6)
  • mais déjà de VEGA
 
 

 

 

Les installations de préparation et d’intégration sont prêtes depuis longtemps pour l’arrivée de l’observatoire

Comme protection supplémentaire contre la contamination, les salles « blanches » (pour dire propres, c’est-à-dire en dehors de toutes contaminations) ont été équipées de murs supplémentaires de filtres à air et un rideau dédié protégera l’ensemble du JWST (télescope, avionique et écran thermique) après son montage sur la fusée.

 

 

Cette campagne de lancement implique plus de 100 spécialistes. 

 

Deux équipes travailleront séparément pour préparer le télescope et le lanceur jusqu’à fusionner pour installer le télescope dans sa fusée pour un décollage que nous pouvons espérer mémorable. 

 

 

Lorsque le JWST arrivera à l’aire de lancement, il sera déballé dans une enceinte spéciale propre à Ariane 5, où il sera examiné pour s’assurer qu’il n’a pas été endommagé par son voyage et qu’il est en bon état de fonctionnement. Parallèlement aux préparatifs spécifiques du JWST, des pièces d’Ariane 5 venues d’Europe au début du mois de septembre 2021, spécialement manufacturées pour modifier les conditions de dépressurisation lors de l’ouverture de la coiffe, seront intégrées dans le lanceur.

Ariane-espace peut se prévaloir d’un excellent bilan qui s’étend sur plus de 100 lancements et trois décennies d’activité. 

 

Le grand carénage d’Ariane 5 ECA, d’un diamètre de 5,4 m et d’une hauteur de 17 m, offre suffisamment d’espace pour les composants pliés du JWST, son écran solaire et ses miroirs.

Maintenant que le JWST est arrivé à Kourou, nous le préparons pour le lancement en décembre – et nous observerons avec quelque suspens au cours des prochaines semaines jusqu'au le lancement, la préparation du plus grand télescope spatial jamais construit. Une équipe talentueuse des quatre coins de l’Amérique, du Canada et de l’Europe a collaboré à la construction de cet observatoire hautement complexe. C’est un défi incroyable. Nous allons voir des choses dans l’univers au-delà de ce que nous pouvons même imaginer aujourd’hui.
Thomas Zurbuchen
Administrateur associé de la direction de la mission scientifique de la Nasa, à Washington

Tout est donc en place maintenant, à nous (en Particulier les membres de l’équipe du centre d’Expertise Français) non seulement de croiser les doigts, mais surtout de nous préparer a effectuer au mieux la recette en vol, avant les premières observations scientifiques!