Enfin à Kourou!

C’est maintenant officiel ! Le JWST est arrivé en Guyane…

Lorsque qu’il sera propulsé dans l’espace, le télescope spatial James Webb (le JWST) subira l’un des processus de déploiement les plus aventureux qu’un vaisseau spatial ait jamais connus. Mais avant même d’arriver au sommet de sa course vers l’espace, cet observatoire a dû effectuer un dernier voyage sur Terre : un voyage d’environ 9 300 kilomètres en mer.

 

Il est arrivé sans problème en Guyane française mardi 12 octobre 2021, après un voyage de 16 jours en mer. Après avoir terminé les essais en août au Space Park de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie, l’équipe du JWST a passé plus d’un mois à plier, à ranger et à préparer l’observatoire et son bouclier thermique pour son expédition en Amérique du Sud, plus précisément en Guyane Française, sur le site du CNES géré conjointement avec le groupe Ariane Espace. 

Le JWST a été expédié dans un conteneur construit sur mesure et contrôlé sur le plan environnemental.

 

Peu de missions en sciences spatiales ont été aussi attendues que le JWST. C’est le futur grand observatoire des sciences de l’espace après Hubble, Chandra, Herschel et Spitzer.

Conçu au moment même où s’envolait le Télescope Spatial Hubble il devrait résoudre des questions sans réponse sur l’Univers et de voir plus loin dans nos origines : de la formation des étoiles et des planètes à la naissance des premières galaxies…

Arrivée du JWST (CU1) au Port de Pariacabo, le 12/10/2021.

Bien que le télescope ne pèse que six tonnes, il mesure plus de 10,5 m de haut et près de 4,5 m de large lorsqu’il est replié. Il a été expédié en position pliée dans un conteneur de 33,5 m de long pour une hauteur de 4,6 m, et qui, avec un équipement auxiliaire, pèse plus de 76 tonnes. C’est une mission si exceptionnelle qu’un véhicule articulé lourd a été amené à bord du transporteur RoRo MN Colibri (voir la page dédiée à ce transporteur ici) pour le transporter soigneusement vers le port spatial. Un navire roulier RoRo, acronyme de “Roll-On, Roll-off” en langue anglaise, est un navire doté d’une rampe d’accès mobile permettant un chargement/déchargement de la marchandise par tractage entre le bord et le quai. Ces navires sont rapides et offrent des temps de chargement / déchargement réduit. Les camions avec remorques, semi-remorques, conteneurs, chargements exceptionnels sont donc facilement débarqués.

Il faut bien admettre qu’étant une machine unique en son genre, le JWST avait besoin d’une « valise » colossale spécialement conçue, connue sous le nom de STTARS, abréviation de Space Telescope Transporter for Air, Road and Sea. STTARS. Elle mesure 5,5 mètres de hauteur, pour 4,6 mètres de largeur et 33,5 mètres de longueur, soit environ deux fois la longueur d’une semi-remorque. 

L’arrivée du JWST à Kourou a été l’aboutissement d’années de préparation : Il n’y a que des milliers de choses différentes qui se passent dans les coulisses : obtenir des permis, éviter les obstacles, choisir d’autres itinéraires… toutes sortes de nuances. Je suis très fier de notre équipe. Nous y travaillons depuis longtemps.
Charlie Diaz
directeur des opérations du site de lancement du JWST au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland

Ce conteneur personnalisé a été équipé pour toutes les conditions extrêmes ou inattendues que le JWST aurait pu rencontrer pendant le voyage. Lors de la conception, de la construction et de la mise à l’essai de STTARS, les ingénieurs ont soigneusement testé la meilleure façon de protéger le conteneur des fortes précipitations et d’autres facteurs environnementaux. Planifier un voyage est un travail difficile. Avec le JWST, s’ajoute à cela la logistique de transport à travers deux océans d’un télescope spatial dont les dimensions dépassent de très loin celles auxquelles le domaine spatial était préparé.

 

Tard dans la soirée du vendredi 24 septembre, l’observatoire a voyagé avec une escorte de police 45 kilomètres à travers les rues de Los Angeles, de l’installation de Northrop Grumman à Redondo Beach à Naval Weapons Station Seal Beach. Là, il a été chargé sur le MN Colibri, un cargo battant pavillon français qui a précédemment transporté des satellites et du matériel de vol spatial à Kourou. Le MN Colibri a quitté Seal Beach le dimanche 26 septembre et est entré dans le canal de Panama le mardi 5 octobre en direction de Kourou.

Pourquoi le JWST a t’il voyagé par mer et non par avion?

Ce choix n’est pas justifié par la masse du JWST (6,2 tonnes) qui n’est pas trop lourde pour un avion. La raison tient plutôt à la configuration du terrain autour du Centre spatial guyanais. Si on voulait poser le JWST en avion, il aurait fallu le faire atterrir à l’aéroport international de Cayenne-Félix-Éboué, soit à une distance de 96 kilomètres du centre spatial. Or si le JWST devait être transporté par la route, certains ponts sur ce trajet ne pouvaient pas supporter ni le poids du télescope ni l’envergure du STTARS.

Ainsi, le JWST a été expédié de la Californie le 26 septembre et a finalement traversé le canal de Panama pour atteindre le port de Pariacabo, situé sur la rivière Kourou, en Guyane française, sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud, le 12 octobre. L’observatoire a été immédiatement conduit à son site de lancement, Spaceport de l’Europe à Kourou, et les préparatifs ont déjà commencé pour le lancement prévu le 18 décembre prochain.

Pour voir le périple du JWST (site en langue Anglaise) cliquez ici

Au centre spatial Européen de Kourou

Zone de lancement

  • Zone de lancement d’Ariane 5 (plus tard Ariane 6)
  • mais déjà de VEGA
 
 

 

 

Les installations de préparation et d’intégration sont prêtes depuis longtemps pour l’arrivée de l’observatoire

Comme protection supplémentaire contre la contamination, les salles « blanches » (pour dire propres, c’est-à-dire en dehors de toutes contaminations) ont été équipées de murs supplémentaires de filtres à air et un rideau dédié protégera l’ensemble du JWST (télescope, avionique et écran thermique) après son montage sur la fusée.

 

 

Cette campagne de lancement implique plus de 100 spécialistes. 

 

Deux équipes travailleront séparément pour préparer le télescope et le lanceur jusqu’à fusionner pour installer le télescope dans sa fusée pour un décollage que nous pouvons espérer mémorable. 

 

 

Lorsque le JWST arrivera à l’aire de lancement, il sera déballé dans une enceinte spéciale propre à Ariane 5, où il sera examiné pour s’assurer qu’il n’a pas été endommagé par son voyage et qu’il est en bon état de fonctionnement. Parallèlement aux préparatifs spécifiques du JWST, des pièces d’Ariane 5 venues d’Europe au début du mois de septembre 2021, spécialement manufacturées pour modifier les conditions de dépressurisation lors de l’ouverture de la coiffe, seront intégrées dans le lanceur.

Ariane-espace peut se prévaloir d’un excellent bilan qui s’étend sur plus de 100 lancements et trois décennies d’activité. 

 

Le grand carénage d’Ariane 5 ECA, d’un diamètre de 5,4 m et d’une hauteur de 17 m, offre suffisamment d’espace pour les composants pliés du JWST, son écran solaire et ses miroirs.

Maintenant que le JWST est arrivé à Kourou, nous le préparons pour le lancement en décembre – et nous observerons avec quelque suspens au cours des prochaines semaines jusqu'au le lancement, la préparation du plus grand télescope spatial jamais construit. Une équipe talentueuse des quatre coins de l’Amérique, du Canada et de l’Europe a collaboré à la construction de cet observatoire hautement complexe. C’est un défi incroyable. Nous allons voir des choses dans l’univers au-delà de ce que nous pouvons même imaginer aujourd’hui.
Thomas Zurbuchen
Administrateur associé de la direction de la mission scientifique de la Nasa, à Washington

Tout est donc en place maintenant, à nous (en Particulier les membres de l’équipe du centre d’Expertise Français) non seulement de croiser les doigts, mais surtout de nous préparer a effectuer au mieux la recette en vol, avant les premières observations scientifiques!

La Guyane vers les étoiles

logo-guyane-V2

Événements Grand Public

Un grand evenement de partage des savoirs

La Guyane vers les étoiles

Une tournée de médiation scientifique en Guyane à l’occasion du lancement du télescope spatial James Webb

Événements Grand Public

Un grand evenement de partage des savoirs

La Guyane vers les étoiles

Une tournée de médiation scientifique en Guyane à l’occasion du lancement du télescope spatial James Webb

Vidéo réalisée par Sébastien Avila

Un événement en 3 volets

Scolaires

 

Ateliers pédagogiques pour le 1er et 2nd degré :

Des scientifiques animeront des ateliers autour de l’astronomie et du domaine spatial.

Rencontre scientifiques-élèves :

Des spécialistes mondiaux présents pour le lancement viendront rencontrer les élèves en classe pour expliquer leur métier et partager leur passion.

Enseignants

 

Formation d’enseignants du 1er et 2sd degré :
Deux chercheurs de l’Observatoire de Paris-PSL formeront les enseignants aux principes
basiques de l’astrophysique

Parrainages de classes guyanaises

Des chercheurs de l’Observatoire de Paris-PSL assureront durant l’année un suivi pédagogique
dans des classes guyanaises sur un thème en astronomie (cf. parrainages.obspm.fr)

Jumelages de classes guyanaise-francilienne :
Le jumelage de classes permettra une rencontre riche et passionnante entre élèves d’île de
France et de Guyane autour des thèmes comme la science, l’espace et la nature.

Grand public

 

Ateliers pédagogiques et observations astronomiques :

Installés dans des marchés, villages, centres sociaux, lieux touristiques, lieux publics, le Centre Spatial Guyanais, des scientifiques animeront (gratuitement !) des ateliers autour de l’astronomie et du spatial et des observations du Soleil, des planètes et des astres.

Conférences :

Des spécialistes mondiaux vous parleront des dernières découvertes en astronomie.

Les objectifs

  • – Faire découvrir l’astronomie et la science aux scolaires et au grand public grâce à des animations ludiques, interactives et accessibles à tous et à toutes, le tout animé par des professionnels de l’astronomie
  • – Former à la démarche scientifique et développer l’esprit critique
  • – Témoigner de la diversité et de l’aspect international des métiers du spatial
  • – Créer des vocations et promouvoir la place des femmes dans les sciences pour lutter contre leur sous-représentation dans ce secteur

Le programme

12 villes, 15 dates, 60 interventions

Activités scolaires

Animations grand public

Conférences et Observations

Dimanche 5 décembre

Cacao, Matoury

9h-12h : Marché de Cacao (Cacao)

– 17h : Conférence “Allons-nous observer une supernova depuis la Guyane dans un avenir proche ?” de Miguel Montargès à la Brasserie Jeune Gueule (Matoury)
– 19h : Observations du ciel (si météo favorable)

Lundi 6 décembre

Matoury, Cayenne, Remire-Montjoly

– 9h-12h : Collège Concorde-Maurice Dumesnil (Matoury)
– 13h30-16h : Ecole élémentaire de Rochambeau (Matoury)

– 9h-19h : Formation des enseignants du 1er degré à l’Université de Cayenne (Cayenne)

– 13h30-15h30 : Conférence “La sous représentation des femmes en sciences : enjeux et défis” de Mathilde Mâlin à l’Université de Guyane (Cayenne)
– 18h : Conférence “Voyage dans le Système solaire” de Alain Doressoundiram à la Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (Remire-Montjoly)
– 19h30 : Observations du ciel (si météo favorable)

Mercredi 8 décembre

Mana, Iracoubo

– 7h30-10h30 : Ecole Primaire Emmanuel Bellony (Mana)

– 9h-12h : Collège Ferdinand Madeleine (Iracoubo)

– 7h30-8h30 : Jumelage en direct entre l’école élémentaire Albert Camus (Rueil Malmaison) et l’école élémentaire Emmanuel Bellony (Mana)

Jeudi 9 décembre

Mana

8h30-11h30 : Ecole primaire Tchi Tsou (Mana)

15h30-18h30 : Centre social de Makandra (Mana)

– 19h : Conférence “Les galaxies, de la Voie Lactée aux galaxies lointaines” de Lise Ramambason au Centre social Makandra (Mana)
– 20h : Observations du ciel (si météo favorable)

Vendredi 10 décembre

Awala-Yalimapo

9h-12h : Ecole primaire Yamanalé (Awala-Yalimapo)

15h30-18h30 : Stade de foot (Awala-Yalimapo)

– 19h : Conférence “D’où viennent les étoiles ?” de Marion Zannese au Centre social (Awala-Yalimapo)
– 20h30 :
Observations du ciel au Stade de foot (si météo favorable)

Samedi 11 décembre

Saint-Laurent-du-Maroni

15h30-18h30 : Camp de transportation, Centre D’Interprétation, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)

18h30-19h30 : Observations au Camp de transportation, Centre D’Interprétations, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)

Lundi 13 décembre

Saint-Laurent-du-Maroni, Apatou, Kourou

– 8h45-12h45 : Ecole élémentaire Lambert Amayota (Apatou)
– 8h-12h : école Elie Stephenson (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 13h-14h : Lycée Gaston Monnerville (Kourou)
– 14h30-17h30 : Collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)

Mardi 14 décembre

Saint-Laurent-du-Maroni, Macouria

– 9h-12h : Ecole élémentaire Edgard Milien (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 14h-17h :
Collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 14h15-16h15 : Collège Antoine Sylvère Félix (Macouria)

 

– 18h30 : Conférence “Le Webb, un télescope géant dans l’espace” de Daniel Rouan terrasses du Camp de transportation, Centre D’Interprétations, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 20h : Observations du ciel (si météo favorable)

Mercredi 15 décembre

Saint-Laurent-du-Maroni, Matoury, Kourou

– 7h-12h : College Omeba Tobo (Kourou)
– 7h30-12h30 : Lycée Raymond Tarcy (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 7h30-10h30 : Ecole primaire Rosa Parks (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 8h30-12h30 : Collège Albert Londres (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 8h-10h30 : Ecole élémentaire Raymond Rechou (Saint-Laurent-du-Maroni)

– 9h-19h : Formation des enseignants du 2sd degré au collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)

15h30-18h30 : Maison de quartier du Village Pierre (Saint-Laurent du Maroni)

– 18h30-19h30 : Observations à la Maison de quartier du Village Pierre (Saint-Laurent du Maroni)
– 19h : Conférence “Pourquoi explorer l’espace ?” de Nour Skaf à la Brasserie Jeune Gueule (Matoury)

Jeudi 16 décembre

Saint-Laurent-du-Maroni, Macouria, Kourou, Rémire-Montjoly

– 8h-11h : Lycée Polyvalent Elie Castor (Kourou)
– 8h-11h : Collège Just Hyasine (Macouria)
– 8h30-12h30 : Collège Réeberg Néron (Rémire-Montjoly)
– 9h-12h : Ecole élémentaire Toussaint Louverture (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 9h-12h : Ecole élémentaire Rudolph Biswane (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 13h-17h : Collège Auxence Contout (Cayenne)
– 14h-16h : Collège Joseph Ho Ten You (Kourou)
– 14h-17h : Ecole élémentaire Michel Lohier (Kourou)

– 15h-16h : Jumelage en direct entre le collège Georges Duhamel (Paris) et le collège Schoelcher (Kourou)
– 16h-17h : Jumelage en direct entre l’Institut Notre-Dame (Bourg-la-Reine) et le collège Schoelcher (Kourou)

18h : Conférence “JWST: une formidable aventure scientifique, technologique et humaine” de Pierre Ferruit (ESA) au cinéma Urania (Kourou)

Vendredi 17 décembre

Cayenne, Kourou, Matoury, Rémire-Montjoly

– 9h-12h : Collège Victor Schoelcher (Kourou)
– 9h30-12h30 : Collège La Canopée (Matoury)
– 10h30-12h30 : Collège Reeberg Néron (Rémire-Montjoly)
– 13h30-14h30 : Collège Sainte-Thérèse (Rémire-Montjoly)
– 14h-17h : Ecole élémentaire Vendôme (Cayenne)
– 15h-17h : Lycée Polyvalent Eli Castor (Kourou)

– 15h-16h : Jumelage en direct entre la Cité Scolaire Paul Valéry (Paris) et le lycée Michotte (Cayenne)

– 9h-19h : Formation des enseignants du 2sd degré au collège Omeba Tobo (Kourou)

– 9h-12h : Marché de Cayenne (Cayenne)
– 15h-18h : Place des Palmistes (Cayenne)

– 18h : Conférence “Systèmes spatiaux, où sont les satellites, où va le jwst ?” de Lester David au Cinéma Eldorado (Cayenne)
– 20h30 : Observations du ciel (si météo favorable)

Samedi 18 décembre

Kourou

16h-19h : Médiathèque de Kourou (Kourou)

19h : Observations à la Médiathèque de Kourou (Kourou)

Lundi 20 décembre

Sinnamary

18h : Conférence “JWST: une formidable aventure scientifique, technologique et humaine” de Pierre Ferruit (ESA) au cinéma Urania (Sinnamary)

Mardi 21 décembre

Cayenne

18h : Conférence “Voyage au Coeur du Système Exoplanétaire TRAPPIST-1, la vie ailleurs ?” de Achrène Dyrek au restaurant Olé la Terre (Cayenne)

Mercredi 22 décembre

Kourou, Cayenne

14h-18h : Centre Spatial Guyanais (Kourou)

18h : Conférence “Pourquoi observer le ciel en infrarouge ?” de Pierre-Olivier Lagage au bar Hitbox (Cayenne)

Retour sur l'événement

Plus de 5000 visiteurs

L’événement “La Guyane vers les Etoiles” a été un véritable succès !
Durant les trois semaines, nous avons rencontré plus de 5000 personnes dans 12 villes de Guyane, dont 3600 étudiants et enseignants dans une quarantaine d’établissements, et près de 1400 personnes sont venues assister à nos conférences et animations publiques.
Cette extraordinaire aventure humaine et scientifique, autour du lancement de l’observatoire spatial Webb, est le fruit d’une union de nombreuses personnes passionnées et de la participation de plusieurs institutions. 
Nous espérons renouveler prochainement l’opération à l’occasion d’autres lancements de missions spatiales.
Revivez l’événement avec la vidéo ci-contre.

L'équipe scientifique

10 scientifiques

Alain Doressoundiram est astronome à l’Observatoire de Paris – PSL. Il est spécialiste des surfaces planétaires et est impliqué sur plusieurs missions d’exploration du Système solaire. Il est formateur d’enseignant.e.s, créateur du dispositif de parrainage de classes à l’Observatoire de Paris et responsable de l’événement Planète en Guyane.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il fait le lien entre les différents partenaires.

Raphaël PERALTA est chercheur au CEA Paris-Saclay. Après une thèse en physique stellaire, il étudie aujourd’hui les exoplanètes. Il est également en charge de la communication et de la médiation scientifique du projet scientifique européen Exoplanets-A. En parallèle, il est président de l’association de médiation scientifique SpaceBus France.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il est en charge de l’ensemble de la logistique.

Daniel ROUAN est directeur de recherche émérite CNRS. Spécialiste mondial de l’instrumentation en astronomie, il a développé l’observation infrarouge en France en étant impliqué dans plusieurs projets au sol et spatiaux, dont le Webb. Il est membre de l’Académie des sciences et président de la fondation La Main à la Pâte.

Achrène DYREK est en 2ème année de doctorat au CEA Paris-Saclay. Elle travaille dans le domaine des exoplanètes et étudie en particulier leur atmosphère grâce à des observations qui seront réalisées par de grands télescopes spatiaux comme Webb ou ARIEL.

Lester DAVID est ingénieur, spécialiste de l’instrumentation spatiale. Il travaille en particulier sur les nano-satellites. Il a été l’ingénieur principal du 1er nano-satellite du CNES, PicSat, développé pour observer une exoplanète autour de l’étoile Beta-Pictoris.

Mathilde MALIN est doctorante en 2ème année à l’Observatoire de Paris – PSL. Elle prépare l’analyse des futures observations du Webb en développant une méthode de caractérisation des atmosphères des exoplanètes, en particulier, la présence de molécules.

Lise RAMAMBASON est en 3ème année de doctorat au CEA Paris-Saclay. Elle étudie des galaxies naines particulières, proches de la nôtre, dont les propriétés physiques et chimiques ressemblent à celles des toutes premières galaxies à être apparues après le Big Bang.

Miguel MONTARGÈS est chercheur à l’Observatoire de Paris – PSL. Il s’intéresse à l’étude des étoiles froides en fin de vie et à la façon dont elles ensemencent le milieu interstellaire pour former de nouvelles étoiles, et potentiellement des planètes et de la vie.

Marion ZANNESE vient de commencer une thèse à l’Institut d’Astrophysique Spatiale, portant sur le milieu interstellaire dans le cadre de la formation stellaire et planétaire. Les futures observations du Webb pourront apporter de nouvelles informations sur ces milieux.

Nicolas LESTE-LASSERRE est historien des sciences de l’astronomie. Il travaille au service de communication de l’Observatoire de Paris – PSL et y dirige la médiation scientifique. Il est le responsable de communication de l’événement La Guyane vers les étoiles.

On parle de nous

– Mardi 6 décembre 2021 : Radio Péyi – L’invité du 7h
– Mardi 7 décembre 2021 : Guyane la 1ère – Invi thé café
– Mercredi 8 décembre 2021 : Guyane la 1ère – Journal de 13h
– Lundi 13 décembre 2021 : Collectivité Territoriale de Guyane
– Lundi 10 janvier 2022 : PSL-Explore

– Jeudi 13 janvier 2022 : Maison pour la Science en Guyane

– Vendredi 28 janvier 2022 : Le Blob

Email de contact

webb.guyane2021@sympa.obspm.fr

Réseaux sociaux

Plaquette d'informations

Vidéo réalisée par Sébastien Avila

 

Un événement en 3 volets

Scolaires

 

Ateliers pédagogiques pour le 1er et 2nd degré :

Des scientifiques animeront des ateliers autour de l’astronomie et du domaine spatial.

Rencontre scientifiques-élèves :

Des spécialistes mondiaux présents pour le lancement viendront rencontrer les élèves en classe pour expliquer leur métier et partager leur passion.

Enseignants

 

Formation d’enseignants du 1er et 2sd degré :
Deux chercheurs de l’Observatoire de Paris-PSL formeront les enseignants aux principes
basiques de l’astrophysique

Parrainages de classes guyanaises

Des chercheurs de l’Observatoire de Paris-PSL assureront durant l’année un suivi pédagogique
dans des classes guyanaises sur un thème en astronomie (cf. parrainages.obspm.fr)

Jumelages de classes guyanaise-francilienne :
Le jumelage de classes permettra une rencontre riche et passionnante entre élèves d’île de
France et de Guyane autour des thèmes comme la science, l’espace et la nature.

Grand public

 

Ateliers pédagogiques et observations astronomiques :

Installés dans des marchés, villages, centres sociaux, lieux touristiques, lieux publics, le Centre Spatial Guyanais, des scientifiques animeront (gratuitement !) des ateliers autour de l’astronomie et du spatial et des observations du Soleil, des planètes et des astres.

Conférences :

Des spécialistes mondiaux vous parleront des dernières découvertes en astronomie.

Les objectifs

  • – Faire découvrir l’astronomie et la science aux scolaires et au grand public grâce à des animations ludiques, interactives et accessibles à tous et à toutes, le tout animé par des professionnels de l’astronomie
  • – Former à la démarche scientifique et développer l’esprit critique
  • – Témoigner de la diversité et de l’aspect international des métiers du spatial
  • – Créer des vocations et promouvoir la place des femmes dans les sciences pour lutter contre leur sous-représentation dans ce secteur

Le programme

12 villes, 15 dates, 60 interventions

Dimanche 5 décembre (Cacao, Matoury)

– 9-12h : Animations au marché de Cacao

– 17h : Conférence « Allons-nous observer une supernova depuis la Guyane dans un avenir proche ? » de Miguel Montargès à la Brasserie Jeune Gueule (Matoury)
– 19h : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Lundi 6 décembre (Matoury, Cayenne, Remire-Montjoly)

– 9h-12h : Collège Concorde-Maurice Dumesnil (Matoury)
– 13h30-16h : Ecole élémentaire de Rochambeau (Matoury)
– 9h-19h : Formation des enseignants du 1er degré à l’Université de Cayenne (Cayenne)

– 13h30-15h30 : Conférence « La sous représentation des femmes en sciences : enjeux et défis » de Mathilde Mâlin à l’Université de Guyane (Cayenne)
– 18h : Conférence « Voyage dans le Système solaire » de Alain Doressoundiram à la Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (Remire-Montjoly)
– 19h30 : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Mercredi 8 décembre (Mana, Iracoubo)

– 7h30-10h30 : Ecole Primaire Emmanuel Bellony (Mana)

– 9h-12h : Collège Ferdinand Madeleine (Iracoubo)
– 7h30-8h30 : Jumelage en direct entre l’école élémentaire Albert Camus (Rueil Malmaison) et l’école élémentaire Emmanuel Bellony (Mana)
 

Jeudi 9 décembre > Mana

– 8h30-11h30 : Ecole primaire Tchi Tsou (Mana)

– 15h30-18h30 : Centre social de Makandra (Mana)

– 19h : Conférence « Les galaxies, de la Voie Lactée aux galaxies lointaines » de Lise Ramambason au Centre social Makandra (Mana)
– 20h : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Vendredi 10 décembre (Awala-Yalimapo)

– 9h-12h : Ecole primaire Yamanalé (Awala-Yalimapo)

– 15h30-18h30 : Stade de foot (Awala-Yalimapo)

– 19h : Conférence « D’où viennent les étoiles ? » de Marion Zannese au Centre social (Awala-Yalimapo)
– 20h30 :
Observations du ciel au Stade de foot (si météo favorable)

 

Samedi 11 décembre (St-Laurent-du-Maroni)

– 15h30-18h30 : Camp de transportation, Centre D’Interprétation, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)

– 18h30-19h30 : Observations au Camp de transportation, Centre d’Interprétations, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)

Lundi 13 décembre (St-Laurent-du-Maroni, Apatou, Kourou)

– 8h45-12h45 : Ecole élémentaire Lambert Amayota (Apatou)
– 8h-12h : école Elie Stephenson (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 13h-14h : Lycée Gaston Monnerville (Kourou)
– 14h30-17h30 : Collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)

 

Mardi 14 décembre (St-Laurent-du-Maroni, Macouria)

– 9h-12h : Ecole élémentaire Edgard Milien (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 14h-17h :
Collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 14h15-16h15 : Collège Antoine Sylvère Félix (Macouria)

– 18h30 : Conférence « Le Webb, un télescope géant dans l’espace » de Daniel Rouan terrasses du Camp de transportation, Centre D’Interprétations, de l’Architecture et du Patrimoine (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 20h : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Mercredi 15 décembre (St-Laurent-du-Maroni, Matoury, Kourou)

– 7h-12h : College Omeba Tobo (Kourou)
– 7h30-12h30 : Lycée Raymond Tarcy (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 7h30-10h30 : Ecole primaire Rosa Parks (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 8h30-12h30 : Collège Albert Londres (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 8h-10h30 : Ecole élémentaire Raymond Rechou (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 9h-19h : Formation des enseignants du 2sd degré au collège Arsène Bouyer d’Angoma (Saint-Laurent-du-Maroni)

– 15h30-18h30 : Maison de quartier du Village Pierre (Saint-Laurent du Maroni)

– 18h30-19h30 : Observations à la Maison de quartier du Village Pierre (Saint-Laurent du Maroni)
– 19h : Conférence « Pourquoi explorer l’espace ? » de Nour Skaf à la Brasserie Jeune Gueule (Matoury)

 

Jeudi 16 décembre (St-Laurent-du-Maroni, Macouria, Kourou, Rémire-Montjoly)

– 8h-11h : Lycée Polyvalent Elie Castor (Kourou)
– 8h-11h : Collège Just Hyasine (Macouria)
– 8h30-12h30 : Collège Réeberg Néron (Rémire-Montjoly)
– 9h-12h : Ecole élémentaire Toussaint Louverture (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 9h-12h : Ecole élémentaire Rudolph Biswane (Saint-Laurent-du-Maroni)
– 13h-17h : Collège Auxence Contout (Cayenne)
– 14h-16h : Collège Joseph Ho Ten You (Kourou)
– 14h-17h : Ecole élémentaire Michel Lohier (Kourou)
– 15h-16h : Jumelage en direct entre le collège Georges Duhamel (Paris) et le collège Schoelcher (Kourou)
– 16h-17h : Jumelage en direct entre l’Institut Notre-Dame (Bourg-la-Reine) et le collège Schoelcher (Kourou)

– 18h : Conférence « JWST: une formidable aventure scientifique, technologique et humaine » de Pierre Ferruit (ESA) au cinéma Urania (Kourou)

– 20h : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Vendredi 17 décembre (Cayenne, Kourou, Matoury, Rémire-Montjoly)

– 9h-12h : Collège Victor Schoelcher (Kourou)
– 9h30-12h30 : Collège La Canopée (Matoury)
– 10h30-12h30 : Collège Reeberg Néron (Rémire-Montjoly)
– 13h30-14h30 : Collège Sainte-Thérèse (Rémire-Montjoly)
– 14h-17h : Ecole élémentaire Vendôme (Cayenne)
– 15h-17h : Lycée Polyvalent Eli Castor (Kourou)
– 15h-16h : Jumelage en direct entre la Cité Scolaire Paul Valéry (Paris) et le lycée Michotte (Cayenne)
– 9h-19h : Formation des enseignants du 2sd degré au collège Omeba Tobo (Kourou)

– 9h-12h : Marché de Cayenne (Cayenne)
– 15h-18h : Place des Palmistes (Cayenne)

– 18h : Conférence « Systèmes spatiaux, où sont les satellites, où va le jwst ? » de Lester David au Cinéma Eldorado (Cayenne)
– 20h30 : Observations du ciel (si météo favorable)

 

Samedi 18 décembre (Kourou)

– 16h-19h : Médiathèque de Kourou (Kourou)

– 19h : Observations à la Médiathèque de Kourou (Kourou)

 

Lundi 20 décembre (Sinnamary)

– 18h : Conférence « JWST: une formidable aventure scientifique, technologique et humaine » de Pierre Ferruit (ESA) au cinéma Urania (Sinnamary)

 

Mardi 21 décembre (Cayenne)

– 18h : Conférence « Voyage au Coeur du Système Exoplanétaire TRAPPIST-1, la vie ailleurs ? » de Achrène Dyrek au restaurant Olé la Terre (Cayenne)

 

Mercredi 22 décembre (Kourou, Cayenne)

– 14h-18h : Centre Spatial Guyanais (Kourou)

– 18h : Conférence « Pourquoi observer le ciel en infrarouge ? » de Pierre-Olivier Lagage au bar Hitbox (Cayenne)

Retour sur l'événement

Plus de 5000 visiteurs

Retour sur l'événement

Plus de 5000 visiteurs

L’événement « La Guyane vers les Etoiles » a été un véritable succès !
Durant les trois semaines, nous avons rencontré plus de 5000 personnes dans 12 villes de Guyane, dont 3600 étudiants et enseignants dans une quarantaine d’établissements, et près de 1400 personnes sont venues assister à nos conférences et animations publiques.
Cette extraordinaire aventure humaine et scientifique, autour du lancement de l’observatoire spatial Webb, est le fruit d’une union de nombreuses personnes passionnées et de la participation de plusieurs institutions. 
Nous espérons renouveler prochainement l’opération à l’occasion d’autres lancements de missions spatiales.

Revivez l’événement avec la vidéo ci-dessus.

L'équipe scientifique

10 scientifiques

Alain Doressoundiram

est astronome à l’Observatoire de Paris – PSL. 

Il est spécialiste des surfaces planétaires et est impliqué sur plusieurs missions d’exploration du Système solaire. Il est formateur d’enseignant.e.s, créateur du dispositif de parrainage de classes à l’Observatoire de Paris et responsable de l’événement Planète en Guyane.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il fait le lien entre les différents partenaires.

Raphaël PERALTA

est chercheur au CEA Paris-Saclay. Après une thèse en physique stellaire, il étudie aujourd’hui les exoplanètes. Il est également en charge de la communication et de la médiation scientifique du projet scientifique européen Exoplanets-A. En parallèle, il est président de l’association de médiation scientifique SpaceBus France.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il est en charge de l’ensemble de la logistique.

Alain Doressoundiram

est astronome à l’Observatoire de Paris – PSL. 

Il est spécialiste des surfaces planétaires et est impliqué sur plusieurs missions d’exploration du Système solaire. Il est formateur d’enseignant.e.s, créateur du dispositif de parrainage de classes à l’Observatoire de Paris et responsable de l’événement Planète en Guyane.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il fait le lien entre les différents partenaires.

Raphaël PERALTA

est chercheur au CEA Paris-Saclay. Après une thèse en physique stellaire, il étudie aujourd’hui les exoplanètes. Il est également en charge de la communication et de la médiation scientifique du projet scientifique européen Exoplanets-A. En parallèle, il est président de l’association de médiation scientifique SpaceBus France.
Co-porteur de l’événement La Guyane vers les étoiles, il est en charge de l’ensemble de la logistique.

Daniel ROUAN

est directeur de recherche émérite CNRS. Spécialiste mondial de l’instrumentation en astronomie, il a développé l’observation infrarouge en France en étant impliqué dans plusieurs projets au sol et spatiaux, dont le Webb. Il est membre de l’Académie des sciences et président de la fondation La Main à la Pâte.

Achrène DYREK

est en 2ème année de doctorat au CEA Paris-Saclay. Elle travaille dans le domaine des exoplanètes et étudie en particulier leur atmosphère grâce à des observations qui seront réalisées par de grands télescopes spatiaux comme Webb ou ARIEL.

Lester DAVID

est ingénieur, spécialiste de l’instrumentation spatiale. Il travaille en particulier sur les nano-satellites. Il a été l’ingénieur principal du 1er nano-satellite du CNES, PicSat, développé pour observer une exoplanète autour de l’étoile Beta-Pictoris.

Mathilde MALIN

est doctorante en 2ème année à l’Observatoire de Paris – PSL. Elle prépare l’analyse des futures observations du Webb en développant une méthode de caractérisation des atmosphères des exoplanètes, en particulier, la présence de molécules.

Marion ZANNESE

vient de commencer une thèse à l’Institut d’Astrophysique Spatiale, portant sur le milieu interstellaire dans le cadre de la formation stellaire et planétaire. Les futures observations du Webb pourront apporter de nouvelles informations sur ces milieux.

Miguel MONTARGÈS

est chercheur à l’Observatoire de Paris – PSL. Il s’intéresse à l’étude des étoiles froides en fin de vie et à la façon dont elles ensemencent le milieu interstellaire pour former de nouvelles étoiles, et potentiellement des planètes et de la vie.

Lise RAMAMBASON

est en 3ème année de doctorat au CEA Paris-Saclay. Elle étudie des galaxies naines particulières, proches de la nôtre, dont les propriétés physiques et chimiques ressemblent à celles des toutes premières galaxies à être apparues après le Big Bang.

Nour SKAF

est en dernière année de doctorat à l’observatoire de Paris – PSL, basée au télescope Subaru à Hawaii. Sa recherche porte sur l’étude d’exoplanètes, motivée par la découverte d’une biosignature. Nour a reçu en 2021 le prix de la fondation L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science – catégorie Jeune Talent.

Nicolas LESTE-LASSERRE

est historien des sciences de l’astronomie. Il travaille au service de communication de l’Observatoire de Paris – PSL et y dirige la médiation scientifique. 

Il est le responsable de communication de l’événement La Guyane vers les étoiles.

Email de contact

webb.guyane2021@sympa.obspm.fr

Réseaux sociaux

Plaquette d'informations

Découvrez l’article en référence à l’association SpaceBus France

JWST